Page:Hume - Œuvres philosophiques, tome 4, 1788.djvu/36

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
28
Réflexions.

amis, Comme l’on croit tenir de plus près à ses ancêtres qu’à ses connoissances ; il est naturel que l’on veuille passer pour être de bonne maison, & pour descendre d’une longue suite de personnes riches & respectées.

Ceux qui se glorifient de l’ancienneté de leur famille sont bien aises de pouvoir ajouter que, pendant plusieurs générations, leurs ancêtres ont possédé le même territoire, que leurs terres n’ont jamais été aliénées, & que depuis un tems immémorial leur famille habite la même province. Leur orgueil reçoit un nouvel accroissement, lorsqu’ils peuvent se vanter que leurs biens-fonds leur ont été transmis par une longue succession de mâles, & que l’héritage & les honneurs de leur maison n’ont jamais passé par la ligne féminine. Tâchons de réduire ces phénomenes à notre théorie.

L’orgueil des familles anciennes n’est pas uniquement fondé sur cette ancienneté & sur le grand nombre des ancêtres, à ces deux égards tous les hommes sont dans le même cas ; ce sont les richesses & le crédit de ces