Page:Huyghens - Traité de la lumière, Gauthier-Villars, 1920.djvu/121

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
113
TRAITÉ DE LA LUMIÈRE.

aisément en trois sens différents, parallèlement à quelqu’une de ses surfaces.

Il y a plusieurs corps végétaux, minéraux, et sels congelés qui se forment avec de certains angles et figures régulières. Ainsi parmi les fleurs il y en a beaucoup, qui ont leurs feuilles disposées en polygones ordonnés, au nombre de 3, 4, 5 ou 6 côtés, mais non pas davantage. Ce qui mérite bien d’être remarqué, tant la figure polygone, que pourquoi elle n’excède pas ce nombre de 6.

Le cristal de roche croît ordinairement en bâtons hexagones, et l’on trouve des diamants qui naissent avec une pointe carrée, et des surfaces polies. Il y a une espèce de petites pierres plates, entassées directement les unes sur les autres, qui sont toutes de figure pentagone, avec les angles arrondis et les côtés un peu pliés en dedans. Les grains de sel gris, qui naissent de l’eau de mer, affectent la figure, ou du moins l’angle, du cube ; et dans les congélations d’autres sels, et de celles du sucre, l’on trouve d’autres angles solides, avec des surfaces parfaitement plates. La neige menue tombe presque toujours formée en petites étoiles à six pointes, et quelquefois en hexagones dont les côtés sont droits. Et j’ai souvent observé, au dedans de l’eau qui commence à se geler, une manière de feuilles plates et déliées de glace, dont la raie du milieu jette des branches inclinées d’un angle de 60 degrés. Toutes ces choses méritent d’être recherchées soigneusement, pour reconnaître comment et par quel artifice la nature y opère. Mais ce n’est pas maintenant mon dessein de traiter entièrement cette matière. Il