Page:Huyghens - Traité de la lumière, Gauthier-Villars, 1920.djvu/122

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


semble qu’en général la régularité, qui se trouve dans ces productions, vient de l’arrangement des petites particules invisibles et égales dont elles sont composées. Et pour venir à notre cristal d’Islande, je dis que s’il avait une pyramide comme A B C D, (Fig. 48), composée de petits corpuscules ronds, non pas sphériques, mais sphéroïdes plats, tels que se feraient par la conversion de cette ellipse G H sur son petit diamètre E F, dont la proportion au grand est Empilement cristallin d’ « atomes » ellipsoïdaux, constituants de base du spath d’Islande dans l'hypothèse de Huygens.
Fig. 48.
fort près celle de 1 à la racine carrée de 8. Je dis donc que l’angle solide de la pointe D, serait égal à l’angle obtus et équilatéral de ce cristal. Je dis de plus, si ces corpuscules étaient légèrement collés ensemble, qu’en rompant cette pyramide, elle se casserait suivant des faces parallèles à celles qui font la pointe, et que par ce moyen, comme il est aisé de voir, elle produirait des prismes semblables à ceux du même cristal, tels que représente cette autre figure (Fig. 49). La raison est, qu’en se cassant de cette façon, toute une couche se sépare aisément de sa couche voisine, parce que chaque sphéroïde ne