Page:Huyghens - Traité de la lumière, Gauthier-Villars, 1920.djvu/15

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


la Lune, qui est de 30 diamètres. Donc l’angle E C B sera à peu près quatre cents fois plus grand que B A E, qui est de cinq minutes, savoir le chemin que fait la Terre en deux heures dans son orbite, et ainsi l’angle B C E presque de 33 degrés, et de même l’angle C E G, qui le surpasse de cinq minutes.

Mais il faut noter que la vitesse de la lumière dans ce raisonnement a été posée telle qu’il lui faut une heure de temps pour faire le chemin d’ici à la Lune. Que si l’on suppose qu’il ne faut pour cela qu’une minute de temps, alors il est manifeste que l’angle C E G ne sera que de 33 minutes, et s’il ne faut que dix secondes de temps, cet angle ne sera pas de six minutes. Et alors il n’est pas aisé de s’en apercevoir dans les observations d’éclipse, ni par conséquent permis d’en rien conclure pour le mouvement instantané de la lumière.

Il est vrai que c’est supposer une étrange vitesse qui serait cent mille fois plus grande que celle du son. Car le son, selon ce que j’ai observé, fait environ 180 toises dans le temps d’une seconde ou d’un battement d’artère. Mais cette supposition ne doit pas sembler avoir rien d’impossible, parce qu’il ne s’agit point du transport d’un corps avec tant de vitesse, mais d’un mouvement successif qui passe des uns aux autres. Je n’ai donc pas fait difficulté, en méditant ces choses, de supposer que l’émanation de la lumière se faisait avec le temps, voyant que par là tous ces phénomènes se pouvaient expliquer, et qu’en suivant l’opinion contraire tout était incompréhensible. Car il m’a toujours semblé, et à beaucoup d’autres avec moi, que même M. Des-