Page:Huyghens - Traité de la lumière, Gauthier-Villars, 1920.djvu/34

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


tout à la fois des deux côtés opposés, contre des corps qui n’ont aucune inclination à s’approcher, il est impossible de comprendre ce que je viens de dire de deux personnes qui se voient les yeux mutuellement, ni comment deux flambeaux se puissent éclairer l’un l’autre.