Page:Huyghens - Traité de la lumière, Gauthier-Villars, 1920.djvu/55

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


D’ici l’on voit la réciprocation des réfractions du rayon entrant et sortant d’un même diaphane : savoir que si N A tombant sur la surface extérieure A B, se rompt en A D, aussi le rayon D A se rompra, en sortant du diaphane, en A N.

Fig. 14 : Réfraction d’une onde plane expliquée par le principe de Huygens.
Fig. 14.

L’on voit aussi la la raison d’un accident notable qui arrive dans cette réfraction, qui est que depuis une certaine obliquité du rayon incident D A, il commence à ne point pouvoir pénétrer dans l’autre diaphane. Car si l’angle D A Q ou C B A est tel que dans le triangle A C B, C B soit égal aux 2/3 de A B, ou plus grande, alors A N ne peut pas faire un côté du triangle A N B, parce qu’elle devient égale à A B, ou plus grande : de sorte que la partie d’onde B N ne se trouve nulle part, ni par conséquent A N, qui lui devait être perpendiculaire. Et ainsi le rayon incident D A ne perce point alors la surface A B.