Page:Huyghens - Traité de la lumière, Gauthier-Villars, 1920.djvu/72

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


5. Des angles solides il y en a deux opposés, comme C, E, qui sont chacun composés de trois angles plans obtus et égaux. Les autres six sont composés de deux angles aigus, et d’un obtus. Tout ce que je viens de dire a été remarqué de même par M. Bartholin, dans le Traité susdit, si ce n’est que nous différons quelque peu dans la quantité des angles. Il rapporte encore quelquesFigure 19 : Cristal de spath d’Islande.
Fig. 19.
autres propriétés de ce cristal, savoir qu’étant frotté contre du drap, il attire des brins de paille et autres choses légères, ainsi que font l’ambre, le diamant, le verre et la cire d’Espagne ; qu’un morceau étant couvert d’eau pendant un jour ou davantage, sa surface perd son poli naturel, et que quand on y verse de l’eau forte dessus, elle fait ébullition ; surtout, à ce que j’ai trouvé, si l’on met le cristal en poudre. J’ai aussi expérimenté qu’on le peut rougir au feu, sans qu’il en soit aucunement altéré, ni rendu moins diaphane, mais qu’un feu fort violent pourtant le calcine. Sa transparence n’est guère moindre que celle de l’eau ou du cristal de roche, et sans aucune couleur. Mais les rayons de lumière y passent d’une autre façon, et