Page:Huyghens - Traité de la lumière, Gauthier-Villars, 1920.djvu/89

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


lumière dans le cristal fait le sphéroïde G S P, tel que je viens de dire, elle fasse au dehors une sphère dont le demi-diamètre soit égal à la ligne N, laquelle sera déterminée ci-après, voici la manière de trouver la réfraction des rayons incidents. Soit un tel rayon R C, qui tombe sur la surface C K (Fig. 28). Il faut faire C O perpendiculaire à R C, et dans l’angle K C O ajuster O K, qui soit égal à N, et perpendiculaire à C O ; puis mener K I qui touche l’ellipse G S P, et du point de contact I joindre I C, Figure 28 : Recherche du rayon irrégulièrement réfracté dans le spath d'Islande.
Fig. 28
qui sera la réfraction requise du rayon R C. Dont on verra que la démonstration est tout à fait semblable à celle dont nous nous sommes servis en expliquant la réfraction ordinaire. Car la réfraction du rayon R C n’est autre chose que le progrès de l’endroit C de l’onde C O, continuée dans le cristal. Or les endroits H de cette onde, pendant le temps que O est venu en K, seront arrivés à la surface C K par les droites H x, et auront de plus produit, dans le cristal, des ondes particulières