Page:Huyghens - Traité de la lumière, Gauthier-Villars, 1920.djvu/96

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


de 156,962 à 98,779, savoir de N à CG : donc C D est 17,828. Or comme le carré de C G au carré de C M, ainsi le rectangle g D G au carré D I : donc D I ou C E sera 98,353. Mais comme C E à E I, ainsi C M à C T, qui sera donc 18,127. Et étant ajoutée à M L, qui est 11,609 (savoir le sinus de l’angle L C M de 6 degrés 40 minutes, en supposant C M 100,000 pour rayon) vient L T 27,936, qui est à L C 99,324, comme C V à V R, c’est-à-dire comme 29,938, tangente du complément de l’angle R C V de 73 degrés 20 minutes au rayon des Tables. D’où il paraît que R C I T (Fig. 32) est une ligne droite : ce qu’il fallait prouver.

35. L’on verra de plus que le rayon C I, en sortant par la surface opposée du cristal, doit encore passer tout droit, par la démonstration suivante, qui prouve que la réciprocation des réfractions s’observe dans ce cristal de même que dans les autres corps diaphanes, c’est-à-dire que si un rayon R C, en rencontrant la surface du cristal C G, se rompt en C I, le rayon C I, sortant par la surface opposée et parallèle du cristal, que je suppose être I B, aura sa réfraction I A parallèle au rayon R C.

Soient posées les mêmes choses qu’auparavant, c’est-à-dire que C O, perpendiculaire à C R (Fig. 33), représente une portion d’onde, dont la continuation dans le cristal soit I K, de sorte que l’endroit C se sera continué par la droite C I, pendant que O est venu en K. Que si l’on prend maintenant un second temps égal au premier, l’endroit K de l’onde I K, dans ce second temps, sera avancé par la droite K B, et parallèle à C I, parce que tout endroit de