Page:Huyghens - Traité de la lumière, Gauthier-Villars, 1920.djvu/95

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


34. Je montrerai maintenant que, la proportion de la réfraction étant telle que l’on vient de voir, il faut qu’il s’ensuive de là cette propriété notable du rayon qui, tombant obliquement sur la surface du cristal, le passe sans souffrir de réfraction. Car supposant les même choses que devant, et que le rayon R C (Fig. 31) fasse sur la surface g G Figures 31 et 32 : Rayon non réfracté dans le spath d'Islande.

Fig. 31 et 32.
l’angle R C G de 73 degrés 20 minutes penchant du même côté que le cristal, duquel rayon il a été parlé dessus, si l’on cherche, par la manière ci-devant expliquée, sa réfraction C I, l’on trouvera qu’elle fait justement une droite avec R C, et qu’ainsi ce rayon ne se détourne point du tout, conformément à l’expérience. Ce qui se prouve ainsi par le calcul.

C G ou C R étant, comme dessus, 98,779, C M 100,000 et l’angle R C V de 73 degrés 20 minutes, C V sera 28,330. Mais parce que C I est la réfraction du rayon R C, la proportion de C V à C D est celle