Page:Huyghens - Traité de la lumière, Gauthier-Villars, 1920.djvu/98

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


fait du point m une onde particulière, dont le demi-diamètre m n, aura telle raison à 𝑙 B que I A à K B. D’où il est évident que cette onde du demi-diamètre m n, et l’autre du demi-diamètre I A, auront la même tangente B A. Et de même toutes les ondes particulières sphériques qui se seront faites hors du cristal par l’impulsion de tous les points de l’onde I K contre la surface de l’éther I B. C’est donc précisément la tangente B A qui sera, hors du cristal, la continuation de l’onde I K, lorsque l’endroit K est venu en B. Et par conséquent I A, qui est perpendiculaire à B A, sera la réfraction du rayon C I, en sortant du cristal. Or il est clair que I A est parallèle au rayon incident R C, puisque I B est égale à C K, et I A égale à K O, et les angles A et O droits.

L’on voit donc que, suivant notre hypothèse, la réciprocation des réfractions a lieu dans ce cristal, aussi bien que dans les corps transparents ordinaires, ce qui se trouve ainsi en effet par les observations.

36. Je passe maintenant à la considération des autres sections du cristal, et des réfractions qui s’y produisent, desquelles, comme l’on verra, dépendent d’autres phénomènes fort remarquables.

Soit le parallélépipède du cristal A B H (Fig. 35), et la surface d’en haut A E H F un rhombe parfait, dont les angle obtus soient divisés également par la droite E F, et les angles aigus par la droite A H, perpendiculaire à F E.

La section, que nous avons considérée jusqu’ici, est celle qui passe par les lignes E F, E B, et qui,