Page:Hyspa - L’Éponge en porcelaine, 1921.djvu/16

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Les jours, vous le savez, messieurs, obéissent à des lois physiques ; avec un peu d’observation, on voit qu’ils s’allongent en été sous l’action de la chaleur, et qu’ils raccourcissent en hiver sous celle du froid ; le nez aussi, messieurs, est soumis à ces lois,


Et la garde qui veille aux barrières du Louvre
N’en défend point nos rois.


Quand j’aurai ajouté, messieurs, que dans l’antiquité le nez fut la première trompette, qu’on l’utilise encore en province, mais sans succès, pour imiter le canard, le violoncelle, le ronflement, le phonographe ou le marchand de robinets, et que les poètes en tirent leurs meilleurs vers, je crois que nous aurons épuisé le sujet.

Dans ma prochaine leçon, j’aurai l’honneur, messieurs, de vous parler de l’Hippocampe.