Page:Hyspa - L’Éponge en porcelaine, 1921.djvu/61

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



NOTRE éminent collaborateur et maître Emile Goudeau vous a si éloquemment parlé de la Vache enragée, que nous croyons inutile de nous appesantir sur ce sujet. Nous nous contenterons de l’effleurer avec la légèreté d’une libellule qui ne pèserait pas plus de 65 kilos.

Le 1er décembre 1897, par un froid délicieux qui faisait descendre jusque dans les caves le mercure des thermomètres, après nous être muni préalablement d’une lanterne d’une surdité incurable, nous nous sommes avancé avec des ruses d’Apache dans la nuit des Temps où se perdent, d’après Pline, les origines de la Vache enragée.

Au bout de quelques heures de marche, nous avons été assez heureux, messieurs, pour constater qu’il nous était impossible de relever aucune trace du passage de cet animal.

Cette importante découverte nous amenant à supposer que cette bête ne pouvait appartenir qu’à l’ornithologie ou à l’ichthyologie, nous avons donc fouillé le ciel et l’eau.