Page:Hyspa - L’Éponge en porcelaine, 1921.djvu/62

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Ici et la, messieurs, mêmes déboires. Chimère et ptéropodie !

Que faire ?

Il ne nous restait plus qu’à interroger le Midi, car nous pensions, non sans quelque raison, que la Bête du Gévaudan et la Vache enragée pouvaient être le même animal. C’est alors, messieurs, que, prenant notre courage à deux mains, nous sommes allé jusqu’à Mende par un express de l’Orléans - par un express : Quelle promptitude ! De l’Orléans : Quelle Compagnie ! Jusqu’à Mende : Quel séjour !

Mais le Midi, messieurs, n’a pas daigné nous répondre.

Le Midi n’a pas bougé.

Mythes ! la Bête du Gévaudan et la Vache enragée ! Légendes ! les Hydres de Lerne et de Normandie ! Symboles ! Tristes symboles !

Il est des choses si tristes, messieurs, si tristes qu’on ne peut les dire, si tristes qu’on est obligé de les chanter, tel est le cas de la Vache enragée.

Si vous le voulez bien, messieurs, nous chanterons ce terrible animal sur l’air de : Son camarad’ fait la mém’ chos’ que lui, ce qui vous donnera une idée presque inexacte de cet animal symbolique.

Attention, messieurs, je commence.

Pour, s’caler les joues, quand on n’a plus d’briques,
Je sais un moyen pas cher et pratique,
- Je n’assur’rai pas qu’il fasse engraisser,
Administrez-vous d’la Vache enragé’.

Ça n’est pas qu’ça s’mang’, messieurs, ça s’dévore,
Car cet animal se défend encore ;
La Vache enragé’ c’est dur à mâcher,
Mais c’est encor plus dur à digérer.