Page:Hyspa - L’Éponge en porcelaine, 1921.djvu/66

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



On ne connaît que trois espèces de poissons : les gros, les moyens et les petits.

Les gros et les moyens mangent les petits ; les gros ont tort. Seuls les moyens ont une excuse : la faim, vous le savez, justifie les moyens.

Le poisson en captivité est d’un commerce plus agréable que n’importe quel oiseau

D’abord, il ne peut pas s’envoler, et puis.. il ne chante pas.

C’est le personnage muet par excellence, bien que la nature l’ait doté d’un oeil de perroquet.

Il est muet, parce qu’il ne peut pas parler... mais oui, parce qu’il ne peut pas parler dans l’eau sous peine d’asphyxie. Personne ne peut parler dans l’eau.

En général, et même en particulier, le poisson vit, en toute saison, dans les lacs, dans les rivières, dans les étangs, dans les mers et dans les bocaux... La mer semble être sa résidence préférée...

A propos de la mer, on me pose depuis vingt ans la même question. C’est trop ! « Comment, me demande-t-on, comment la mer, où les fleuves se déversent continuellement, ne déborde-t-elle pas ? »