Page:Ibn Battuta - Voyages - Traduction Sanguinetti - Volume 3.djvu/124

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


belle et peuplée, sur un fleuve considérable et dont les eaux sont de couleur bleue, comme celles de la mer. Il descend des montagnes de Badakhchân, ou l’on trouve le rubis que l’on appelle balakhch « rubis balais ». Tenkîz, roi des Tartares, a ruiné cette contrée, et depuis lors elle n’est pas redevenue florissante. C’est là que se trouve le mausolée du cheïkh Sa’îd almekky, lequel est vénéré de ces peuples. Nous arrivâmes ensuite à la montagne de Péchâï, où se trouve l’ermitage du vertueux cheïkh Athâ Aouliâ : Atha veut dire, en turc, « père » ; quant au mot Aouliâ, il appartient à la langue arabe ; le nom Athâ Aouliâ signifie donc « le père des amis de Dieu ». On appelle aussi cet individu Sîçad Sàléh : Siçad veut dire, en persan, « trois cents », et Sâléh signifie « année ». En effet, les habitants de cet endroit prétendent que le cheïkh est âgé de trois cent cinquante ans. Ils ont pour lui une grande vénération et viennent, pour le visiter,