Page:Ibn Battuta - Voyages - Traduction Sanguinetti - Volume 3.djvu/97

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


truction. Elle a été jadis considérable et étendue. Les vestiges de ses mosquées et de ses collèges subsistent encore, ainsi que les peintures de ses édifices, tracées avec de la couleur d’azur. Le vulgaire attribue la production de la pierre d’azur (lapis lazuli) à la province de Kborâçân ; mais on la tire des montagnes de Badakhchân, qui ont donné leur nom au rubis badakhchy, ou, comme l’appelle le vulgaire, Albalakhch « rubis balais ». Cette contrée sera mentionnée ci-après, s’il plaît à Dieu.

Le maudit Tenkîz a dévasté Balkh et a démoli environ le tiers de sa (principale) mosquée, à cause d’un trésor qui, à ce qu’on lui avait rapporté, était caché sous une colonne de ce temple. C’est une des plus belles et des plus vastes mosquées du monde, La mosquée de Ribâth alfeth (Rabat), dans le Maghreb, lui ressemble par la grandeur de ses colonnes ; mais celle de Balkh est plus belle sous les autres rapports.


ANECDOTE.

Un homme versé dans la science de l’histoire m’a raconté que la mosquée de Balkh a été construite par une femme.