Page:Ibn Battuta - Voyages - Traduction Sanguinetti - Volume 4.djvu/382

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
372
VOYAGES

[texte arabe]

jeune homme est merveilleuse, car il a été élevé dans le désert, sans étudier la science, sans fréquenter les savants, ni les hommes lettrés. Pourtant, il s’est ensuite fait connaître par des poésies magnifiques, telles qu’en composent rarement les principaux d’entre les hommes éloquents et les chefs des littérateurs. En voici un exemple :

Ô vous qui avez choisi mon cœur pour domicile, sa porte c’est l’œil qui le regarde.

Mon insomnie après votre absence a tenu ouverte cette porte. Or envoyez vos spectres avec le sommeil pour la fermer.

Je visitai encore à Grenade le cheïkh des cheïkhs, supérieur des soûfis, ou religieux contemplatifs dans cette ville, le jurisconsulte Aboû ’Aly ’Omar, fils du cheïkh pieux et saint Aboû ’Abdallah Mohammed, fils d’Almahroûk, ou le brûlé. Je restai quelques jours dans son ermitage, situé au dehors de Grenade, et il m’honora excessivement. Puis j’allai en sa compagnie visiter la zâouiyah célèbre, vénérée du public et appelée Râbithat Al’okâb, ou la station de l’Okâb (aigle noir, etc.). ’Okâb est le nom d’une montagne