Page:Ibn Khaldoun - Prolégomènes, Slane, 1863, tome I.djvu/11

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


dans la rédaction de son histoire universelle, une notice des manuscrits que j’ai eus à ma disposition, quelques observations sur le but des Prolégomènes, sur l’édition imprimée qui a paru à Boulac, et sur la traduction turque de Péri-Zadé et de Djevdet Éfendi.

Je commence par l’autobiographie. La traduction que je donne ici avait été faite d’abord sur un manuscrit peu correct, celui de la bibliothèque de l’université de Leyde, et publiée en 1844 dans le Journal asiatique. Je l’ai revue plus tard sur un manuscrit appartenant à la mosquée hanéfite d’Alger et sur un autre acquis en 1841 par la Bibliothèque impériale (supplément arabe, n° 7425, tome III), mais dont je n’avais pu me servir, parce qu’il était entre les mains de M. Quatremère.

La vie très-agitée d’Ibn Khaldoun, le grand nombre de personnages qui figurent dans son récit et la complication des événements politiques auxquels il prit part et dont il raconte tous les détails, empêchent le lecteur de saisir tout d’abord les faits les plus importants de sa carrière si longue et si bien remplie; aussi, avant de donner la traduction de l’autobiographie, je crois devoir indiquer ici d’une manière succincte les principaux événements de sa vie.

Il naquit à Tunis, l’an 1332, et, à l’âge de vingt ans, il fut nommé secrétaire du sultan hafside Abou Ishac II. Quelques semaines plus tard, il quitta le service de ce prince et se rendit à Fez, capitale des États mérinides. En l’an 1356, il fut attaché au secrétariat du sultan mérinide Abou Eïnan. Mis en prison, l’année suivante, par ordre de ce souverain, il recouvra la liberté l’an 1359, et fut nommé secrétaire d’état du sultan Abou Salem, qui venait d’occuper le trône laissé vacant par la mort d’Abou Eïnan. Dans cette position, il éprouva des désagréments; blessé dans son amour-propre, il abandonna la