Page:Ibn Khaldoun - Prolégomènes, Slane, 1863, tome I.djvu/241

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


qu’elle était d’une blancheur éclatante. Dans le Mochterek ( homonymes géographiques) de Yacout^ ce nom est écrit El-Comr; ce qui rappelle un peuple de l’Inde^. Ibn Saîd^ a employé cette dernière orthogra- phe. Le Comr donne naissance à dix sources, dont cinq se déchargent dans un lac et cinq dans un autre. Une distance de six milles sépare les deux bassins*. Trois rivières sortent de chaque lac, et vont se réunir toutes dans un seul marais, qui, vers sa partie inférieure et septentrionale, est coupé par une montagne transversale; aussi les eaux se divisent-elles en deux branches, dont l’occidentale coule vers l’ouest, jusqu’au pays des Nègres, et va se décharger dans la mer Environnante. La branche orientale se dirige vers le nord, et traverse l’Abyssinie, la Nubie et les pays intermédiaires. Arrivée à la basse Egypte, elle se divise en plusieurs branches, dont trois se jettent dans la mer Romaine, l’une près d’Alexandrie, l’autre à Rechid (Rosette) et l’autre à Dimyat (Damiette). Une quatrième branche se décharge dans un lac salé avant d’atteindre la mer.

Au milieu de ce premier climat, sur les bords du Nil, sont les contrées de Nubie , d’Abyssinie et la portion du pays des Oasis qui s’étend jusqu’à Asouan. Dongola, la capitale de la Nubie, est située sur la rive gauche de ce fleuve. Plus bas se trouve Aloua^, puis Bilac, puis la montagne des Djenadel (les Cataractes), située à la distance de six journées au nord de Bilac*’. C’est une montagne dont le côté qui regarde l’Egypte se dresse abruptement, tandis que celui

1 Yacout Ibn Abd AUab el-Hamaoui, célèbre géograpbe, mourut en 627 (1229-i23o de J. C). M. Reinaud a donné une bonne notice de cet auteur dans sa traduction de la Géographie d’Aboulféda,

2 Les Comor habitaient l’extrémité méridionale de l’Inde. Le cap Comorin porte encore leur nom.

3 AlilbnSaîd, géographe et historien , lit ses études à Séville et mourut à Tunis , en 673 (1276 de J. C ).

4 Pour $$$$, lisez $$$$.

5 On trouve une note sur Aloua dans la traduction de la Géographie d’Abou’ljéJa, par M. Reinaud, t. II, p. 23o.

6 Pour journées Ja-îy, il faut sans introduction, p. cxxix et suiv. doute lire milles JL-.I, car Bilac est l"ancienne Philé. Ibn Khaldoun s’est laissé tromper par Idrîci, qui a confondu Bilac avec Boulac , village situé dans l’oasis d’El-Kharegeb, à environ 120 milles géographiques au N. 0. des cataractes.