Page:Ibn Khaldoun - Prolégomènes, Slane, 1863, tome I.djvu/256

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Elle est située près de la montagne de Charat, qui, partant de la montagne de Lokam, au nord de ïacaba, se dirige vers l’orient, et fait ensuite un petit détour. Là , à l’est de cette montagne, est le pays d’El-Hidjr, la contrée des Thamoud, Teima, et Doumet el-Djendel, qui forment la partie septentrionale du Hidjaz. Plus au sud se trouvent la montagne de Radoua et les forteresses de Khaibar. Entre la montagne de Charat et la mer de Colzom s’étend le désert de Tebouk. Au nord du Charat, près de la montagne de Lokam, est située la ville d’El-Cods (Jérusalem), puis El-Ordonn (le Jourdain), puis Taberiya (Tibériade). A l’orient est la province d’El-Ghour, qui s’étend jusqu’à Adraat, et le Hauran. Sur la même ligne, du côté de l’est, il y a Doumet el-Djendel, qui marque la limite de cette section du climat et celle du Hidjaz. Près du détour que le mont Lokam fait vers le nord, à l’extrémité de cette section, on trouve la ville de Damas, située vis-à-vis de Si don et de Beirout, villes qui touchent à la mer. Le mont Lokam passe entre ces villes et Damas. Sur la même ligne que Damas, du côté de l’orient (du nord), est la ville de Baalbek, puis celle d’Emessa (Hems), située vers l’extrémité septentrionale de cette section, à l’endroit où elle coupe la montagne de Lokam. A l’orient de Baalbek et d’Emessa on rencontre la ville de Tadmor (Palmyre), et un désert qui s’étend jusqu’à la fin de la section et qui est habité par des tribus nomades.

La partie méridionale de la sixième section est occupée par des déserts, où les Arabes s’adonnent à la vie nomade. Ces déserts, placés au-dessous (au nord) des provinces du Nedjd et de Yemama, entre la montagne de El-Aredj et (le pays) de Dimar’, se prolongent jusqu’à El-Bahreïn et Hedjer, sur le rivage de la mer de Fars. Dans la partie septentrionale de cette section, au-dessous des déserts fréquentés par les nomades, on trouve la ville d’El-Hîra, celle de Cadeciya, et les marais dans lesquels l’Euphrate verse ses eaux. Plus loin , vers l’orient, est la ville d’El-Basra (Bassora). C’est dans cette section que se ter-

1 Je lis $$$$, avec deux manuscrits et le dictionnaire géographique intitulé Meraced el-lllilâ.