Page:Ibn Khaldoun - Prolégomènes, Slane, 1863, tome I.djvu/259

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


D'IBN RHALDOUN. 135

prend sa source à Oukhan ^ dans le Badakhchan, province qui confine à l'Inde. Il prend naissance vers l'extrémité orientale de la partie méridionale de cette section; bientôt après il fait un détour vers l'ouest, et, arrivé dans le milieu de la section, il reçoit le nom de Kharbat^; ensuite il se dirige vers le nord, traverse le Khoraçan, et continue à suivre la même direction jusqu'à ce qu'il se jette dans le lac de Kharizm, situé, comme nous le dirons, dans le cinquième climat. En cet endroit, où il change de cours au milieu de cette section, il reçoit, tant du côté du nord que du côté du midi, tes eaux de cinq grandes rivières qui lui arrivent des contrées d'El-Khot- tel ^ et d'El-Ouakhch ; d'autres descendent des montagnes d'El-Bottam , situées également à l'est du fleuve et au nord d'El-Khottel ; aussi le Djeïhoun s'élargit à un degré extraordinaire. Parmi les cinq rivières qui viennent ainsi le grossir, on distingue le Ouakhch-ab, qui, sorti du Tibet, pays situé au sud-est de cette section, se dirige vers fouest, en s'inclinant vers le nord. Là, en travers de son cours, se trouve une chaîne de montagnes qui, passant au milieu de la par- tie méridionale de cette section, se dirige ensuite vers Test en s'inclinant vers le nord, et entre dans la neuvième section du cli- mat, non loin de la limite septentrionale de celle-ci. Elle longe le Tibet et, parvenue au sud- est de la section, elle forme la sépara- tion entre le pays des Turcs et celui de Khottel'. Elle ne présente qu'un seul passage, au milieu de la partie orientale de la section. Dans cet endroit Fadl, fds de Yahya (le Barmekide), fit construire un rempart muni d'une porte, comme le rempart de Yadjoudj (Gog). P. Lorsque le fleuve de Ouakhch-ab sort du Tibet et rencontre cette montagne, il coule au-dessous d'elle dans un souterrain d'une lon- gueur immense, puis il traverse le pays d'El-Ouakhch et va se décharger dans le Djeïhoun, auprès de Balkh. Ce dernier fleuve se

' L'édition de Boulac porte jU»« Ou- Kharnab, Bi i^yiyi^ , Khariab , dans In tra-

(i/ar; peut-être faut-ii lire tJ^^ 3. O"^^»^- duction de la Géographie d'idrîci. Idrîci paraît avoir écrit tjU'j> Oudjan. ' Pour t}^< lisez J^âl.

' Variantes : cjLi^ , Kharbab, t_j'-jy>., ' Pour J^ , lisez J^.

�� �