Page:Ibn Khaldoun - Prolégomènes, Slane, 1863, tome I.djvu/337

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


DIBN KHALDOUN. 213

l'on éprouve pendant le sommeil. Mais l'état de sommeil est bien in- férieur à celui dont nous parlons.

Ce fut à cause de cette ressemblante que le législateur (Mohammed) disait : « Le songe est une des quarante-six parties du prophétisme ; » ou, selon une autre leçon, «quarante-trois, » ou, selon une autre, « soixante et dix. » Aucun de ces nombi-es n'est employé dans cette tradition pour désigner une quantité déterminée; ils indiquent seu- lement que les degrés du prophétisme sont très-nombreux. A l'appui de cette opinion, on peut rappeler que, chez les Arabes du désert, le terme soixante et dix a, parmi ses acceptions^ celle de beaucoup. Quelques-uns de ceux qui adoptent la leçon de quarante-six l'expli- quent en disant que, dans les six premiers mois de la mission (de Mohammed), c'est-à-dire pendant la moitié d'une année, la révélation ne lui arrivait qu'en songe, et que la durée entière de sa mission pro- P. 187. phétique, tant à la Mecque qu'à Médine, était de vingt-trois ans; or, la moitié d'une année fait la quarante-sixième partie de vingt-trois ans. Cette explication est tirée de trop loin pour mériter un examen; elle est vraie en ce qui concerne notre Prophète ; mais comment a- t-on pu savoir que la mission des autres prophètes a eu cette même durée.»* Puis elle indique bien le rapport qui existe entre les deux périodes de temps : celle de la vision spirituelle dont le Prophète avait joui et celle de son prophétisme ; mais elle ne nous fait pas connaître la valeur relative de la vision spirituelle et du prophétisme.

Si le lecteur a bien compris la portée des observations que nous lui avons présentées, il saura que cette fraction (numérique) indique le rapport qui existe entre la disposition primitive et commune à tous les hommes, et la disposition moins fréquente qui est spéciale à la classe des prophètes et qu'ils tiennent de leur nature. La dispo- sition la plus faible est commune, disons-nous, à tous les hommes, mais elle rencontre un grand nombre d'obstacles qui l'empêchent d'agir. Ce qui l'entrave le plus ce sont les sens extérieurs; aussi le Créateur a-t-il donné à l'homme une faculté naturelle, le sommeil, au moyen de laquelle le voile des sens est écarté. Alors l'àme peut

�� �