Page:Ibn Khaldoun - Prolégomènes, Slane, 1863, tome I.djvu/370

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


246 PROLÉGOMÈNES

d'obtenir du monde invisible des connaissances qui pourraient leur être utiles. Ils essayent d'en employer les procédés énigmatiques, et d'en deviner les mystères dans l'espoir d'atteindre le but qu'ils se pro- posent. La figure sur laquelle ils opèrent a la forme d'un grand cercle P. 2J/1. qui renferme d'autres cercles concentriques, dont les uns se rappor- tent aux sphères célestes, et les autres aux éléments, aux choses sub- lunaires, aux êtres spirituels, aux événements de tout genre et aux connaissances, diverses. Les divisions de chaque cercle sont les mêmes que celles de la sphère qu'il représente ; les signes du zodiaque , l'indi- cation des quatre éléments, etc. s'y trouvent. Les lignes qui forment chaque division s'étendent jusqu'au centre du cercle et portent le nom de rayons K Sur chaque rayon on voit inscrite une série de lettres avant chacune une valeur numérique et dont quelques-unes appar- tiennent à l'écriture d'enregistrement, c'est-à-dire aux sigles dont les employés de la comptabilité et d'autres administrations maghrébines se servent encore pour désigner les nombres^. On y remarque aussi des chifiFres appartenant au caractère nommé ghobar^. Dans l'intérieur de la zaïrdja, entre les cercles concentriques, on remarque les noms des sciences et les lieux des diverses espèces d'êtres *. Sur le dos du tableau des cercles , on voit une figure renfermant un grand nombre de cases , séparées les unes des autres par des lignes verticales et ho- rizontales. Ce tableau offre, dans la direction de sa hauteur, cin- quante-cinq cases, et, dans celle de sa largeur, cent trente et une cases. Les cases qui occupent le boi'd du tableau sont, les unes vides, les autres remplies*; de celles-ci les unes renferment des nombres, les autres des lettres. La règle qui a présidé à la distribution de ces caractères dans les cases nous est inconnue, ainsi que le principe d'a-

' Littéral, «des cordes.» Nous ne pou- M. deSacy, t. I, planche viii, et p. 91 de

vons pas employer ce terme parce qu'en la seconde édition.) géométrie la corde est une ligne droite ' Voy. Grammaire arabe, loc. laud.

qui coupe la circonférence en deux points, * Cela paraît signifier : « et les noms de

sans passer par le centre. divers êtres. »

' Ces sigles appartiennent au caractère * Dans l'intérieur du tableau aussi plu- nommé divani. (Voyez Grammaire arabe de sieurs cases sont vides.

�� �