Page:Ibn Khaldoun - Prolégomènes, Slane, 1863, tome I.djvu/464

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


340 PROLÉGOMÈNES

ou chefs). Il pouvait se passer d'un corps plus nombreux parce que l'esprit de tribu existait à peine parmi les populations du pays. Là aussi il n'y avait qu'un souverain et des sujets. Plus tard, il prit les armes' contre le roi chrétien et, s'étant attaché les princes ze- natiens^, qui avaient traversé le détroit pour se réfugier chez lui, il en forma un corps de troupes, auxquelles il confia la garde de ses P. 299. forteresses et de ses frontières. Le souverain zenatien (mérinide) qui régnait sur le Maghreb avait conçu l'espoir de s'emparer de l'Espagne; mais ce corps de réfugiés seconda Ibn el-Ahmer avec dévouement, et le soutint jusqu'à ce qu'il pût rétablir ses affaires, concilier les esprits et se mettre à l'abri de toute attaque. L'autorité reste encore dans sa famille.

Il ne faut pas croire qu'Ibn el-Ahmer ait pu fonder un empire sans être soutenu par un parti animé d'un certain esprit de corps. Lorsqu'il commença sa carrière il avait un parti, assez faible, il est vrai, mais parfaitement suffisant pour l'exécution de ses projets. En effet, fesprit de tribu et de corps n'était pas fort en Espagne; ce prince n'avait donc aucun besoin d'un nombreux corps de partisans afin de faire la conquête du pays. Dieu seul peut se passer de l'appui de ses créatures.

Dans un empire, le souverain est naturellement porté à se réserver toute l'autorité' ; on s'y abandonne au luxe, à l'indolence et au repos*.

Commençons par l'esprit d'autocratie. C'est par l'influence de l'esprit de corps que se fondent les empires^, ainsi que nous l'avons dit. Or un peuple animé d'un vif sentiment de sa dignité se compose

' Pour (j^-^A^I, lisez ^-^Jix» t. ' Littéral, «la gloire.» L'expression

' Ibn Rhaldoun a consacré plusieurs <>j^Lj .il^jij^l est employée par notre

chapitres de son Histoire des Berbers au auteur dans le sens d'autocratie. corps des Volontaires de la foi, dont les * Dans l'édition de Boulac et dans deux

officiers et la plupart des soldats étaient de nos manuscrits , ce chapitre en forme

des réfugiés Abd-el-Ouadites et Mérinides. trois.

(Voy. l'Histoire des Berbers, t. VI, p. 469 ' Pour o^\ y^-.lisez cAiXl ^^\ tiUjj

et suiv. de la traduction.) avec les manuscrits et l'édition de Boulac.

�� �