Page:Ibn Khaldoun - Prolégomènes, Slane, 1863, tome I.djvu/477

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


DIBN KHALDOUN. 353

charges de mulet. Tout cet amas de fagots fut consumé dans la même nuit'. On y brûla aussi des feuilles de dattier arrosées d'huile. El-Hacen avait fait ordonner aux bateliers de tenir toutes leurs em- barcations prêtes, afin de transporter sur le Tigre, depuis Baghdad jusqu'au palais'^ impérial, situé à Medînat eI-Mamoun\ les personnes qui devaient assister à la fête. On réunit pour cet objet trente mille chaloupes, et l'on employa une journée entière à faire passer tout ce monde ; nous omettons d'autres détails de la même nature. Un luxe semblable se déploya à Tolède quand El~Mamoun Ibn Dhi'n- Noun * célébra son mariage. L'historien Ibn Haïyan ^ en fait men- tion, ainsi qu'Ibn Bessam ^ dans son Dakhîra. Or ces mêmes Arabes, dans la première période (de leur domination), ne connaissaient que les usages du désert et n'auraient pu rien faire de semblable. Menant P. Su. alors une vie simple et grossière, ils ne possédaient ni les moyens, ni les artistes pour monter de pareilles fêtes. On raconte qu'El-Haddjadj , voulant célébrer la circoncision d'un' de ses fils, envoya chercher un dihcan ^ afin d'apprendre de lui comment étaient les fêtes des Perses. » Veux-tu m'informer, lui dit El-Haddjadj , comment était la plus belle fête que tu as vue? — Oui, seigneur! lui répondit le dihcan. Un des marzehan^ de Chosroës donna un grand repas aux Persans. On y vit

' Ici notre auteur oublie un principe intitulé Ecl-Dakhîra fi mehacen (M el-Dje-

sur lequel il a cependant beaucoup insisté. ztra, « Le Trésor, sur les beaux traits du ca-

( Voyez ci-devant, p. i/J.) ractère espagnol », mourut en 542 (i 1A7-8

■ Les manuscrits et l'édition de Boulac de J. C). Haddji Khalifa, dans son Dic-

portent tousj^^^JI, les châteaux ou les tionnaire bibliographique, l'a confondu

palais. avec un auteur du même nom , qui mourut

' La ville d'El-Mamoun (Merfmaie/- Ma- en 3o2 (giA de J. C). (Voj'ez, sur l'ou-

moiin) était un lieu de plaisance situé vrage d'ibn Bessam, le Journal asiatique

vis-à-vis de Baghdad. de février-mars , 186 1.)

  • Yahya el-Manionn, second souverain ' Avant le mot ojJj, insérez ja*J.

de la dynastie des Dhi'n-Noun , régna à ' Grand propriétaire de terres , repré-

Tolède depuis l'an 435 (io43 deJ.C. )jus- sentant d'une ancienne et noble famille,

qu'à l'an 469 { 1077 de J. C). (Voy. le Livre des Rois de Ferdouci; Irad.

^ Voyez ci-devant, p. 7, note 1. de M. Mohl, lomel, préface, page vui )

' Abou'l-Hacen Ali Ibn Bessam, his- ' Gouverneur de la marche ou fron-

torien biographe et auteur d'un ouvrage tière; satrape.

Prolégomènes. 45

�� �