Page:Ibsen - Peer Gynt, trad. Prozor, 1899.djvu/159

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
126
PEER GYNT

TROMPETERSTRAHLE (levant son verre)

Vive l’acier suédois !


EBERKOPF

Honneur à celui qui sait le manier !

(Ils trinquent avec Peer Gynt, dont la tête commence à s’échauffer.)


COTTON

Tout cela est très bien. Mais je voudrais savoir, Sir, ce que vous comptez faire de tout votre or.


PEER GYNT

Hem ! Ce que je compte…


TOUS LES QUATRE

Oui, oui, dites-nous cela.


PEER GYNT

Dame, avant tout, je compte voyager. À Gibraltar, je vous ai pris à bord, pour m’accompagner ; je rêvais d’un chœur d’amis dansant autour de mon veau d’or.


EBERKOPF

Très spirituellement dit !


COTTON

Voyons ! on ne tend pas ses voiles pour le seul plaisir de les tendre. Vous devez sans doute avoir un but. Quel est ce but ?