Page:Ivoi - Les Cinquante.djvu/10

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Deux minutes plus tard, tous deux arrivaient devant une véritable falaise de grès.

Au ras du sol, se distinguait une ouverture sombre.

— C’est là, fit Milhuitcent d’une voix légère comme un souffle. J’avertis mes compagnons.

Puis il modula un sifflement bizarre. Après quoi, prenant la main du comte :

— Je vous conduis. Marchez hardiment ; il n’y a aucun obstacle.

Ainsi ils franchirent l’ouverture, parcoururent un couloir sinueux. Enfin ils débouchèrent dans une salle souterraine peu élevée, qu’éclairaient des lanternes accrochées aux parois.

Une cinquantaine d’hommes, groupés au hasard, occupaient la caverne.

Tous étaient armés de fusils.

Au fond, des planches juchées sur des tréteaux figuraient une estrade. Espérât y fit monter son compagnon.

Alors, debout auprès de lui, il modula de nouveau le sifflement entendu déjà par le comte.

Aussitôt la physionomie de l’assistance changea. Jusqu’alors personne n’avait paru s’apercevoir de la venue d’un étranger ; à présent tous les yeux se fixaient sur M. de La Valette.

— Amis, s’écria Milhuitcent, les cinquante braves de Stainville et de Saint-Dizier cherchaient un chef. Ils l’ont trouvé. Monsieur le comte de La Valette consent à nous commander.

Un hourrah général retentit. Des mains se tendirent vers le comte.

— Silence, ordonna le jeune homme.

Et tout se tut.

— Il sait notre but, il sait notre foi ; il faut qu’il sache aussi qui nous sommes. Que chacun passe devant lui, à l’appel de son nom, et prête entre ses mains le serment.

Un des assistants lui passa un objet long, caché sous un lambeau de toile.

Espérât rejeta l’enveloppe et présentant au comte une épée de cour à la riche poignée.

— La dernière épée de l’Empereur, prononça-t-il d’une voix sourde. Il me l’a donnée en souvenir. C’est sur elle, sur la croix de sa poignée que tous nous jurerons.

Comme, gagné par l’émotion, le comte recevait l’arme, le jeune homme étendit la main, de façon que ses doigts touchassent presque le croisillon, et d’un accent ardent dont frissonna l’auditoire :