Page:Ivoi - Les Cinquante.djvu/17

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— En route, mon garçon, et rattrape le temps perdu.

— Que Votre Seigneurie ne craigne rien, ce que j’ai en poche vaut dix picotins d’avoine pour mes chevaux.

Et avec un gros rire :

— On ne croirait jamais à quel point ces médailles-là leur donnent des jambes.

Puis faisant claquer son fouet avec une rare virtuosité, il rassembla les rênes et la diligence s’ébranla pesamment.

Alors le généreux inconnu prit place dans le carrosse auprès de Denis, toujours extasié par ce nouveau moyen de transport ; l’équipage partit aussitôt à grande allure.

Si absorbé était le paysan qu’il n’aperçut pas le sourire satisfait de son compagnon, qu’il n’entendit pas ces paroles murmurées :

— Tout a bien marché. Voici le jeune Espérat substitué à Denis. Il ne reste plus qu’à mettre ce brave homme dans l’impossibilité de trahir notre supercherie.

Cette confidence versée dans son propre cœur, il s’empressa auprès de son compagnon avec l’intention évidente de le distraire.

Précaution inutile. Le Méridional, brusquement transplanté de sa ferme provençale dans un carrosse, dans cette voiture enviée qui lui avait probablement paru, jusqu’à cette heure, réservée uniquement aux privilégiés de la naissance, le paysan ne voyait, n’entendait rien.

Et puis il venait à Paris pour la première fois.

Sans cela, bien certainement, ses yeux vifs auraient constaté avec surprise qu’au lieu de passer la barrière, le cocher lui avait tourné le dos.

Néanmoins, il répondit paisiblement aux interrogations de son guide :

— Ainsi, Monsieur Denis, vous êtes rebouteur ?

— Bé oui. J’ai étudié les plantes ; j’ai vu comment elles pansent leurs blessures, elles m’ont appris à réparer jambes et bras cassés. Et autremain, j’ai découvert autre chose.

Il cligna des yeux d’un air malin.

Ceusses que l’on appelle des fous, sont simplement des gensses chez qui, farfandieou, l’équilibre, il existe plus entre le moral et le physique. Rétablir l’équilibre c’est guérir.

Le gentilhomme sourit :

— C’est ainsi que vous avez rendu la raison à une petite cousine du chevalier de Baillauris ?

— Il vous l’a dit ?

— Le chevalier, actuellement attaché à l’ambassade de France à Saint-