Page:Ivoi - Les Cinquante.djvu/203

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


illusion ? Ou bien « la baronne » répondait-elle par un message à celui que Campbell lui avait fait remettre le matin ? Il fallait en avoir le cœur net.

D’un pas rapide, le colonel courut à la porte donnant sur la place. Il l’entr’ouvrit et resta masqué par le battant. Presque aussitôt, Espérat, ramené par son mouvement de va-et-vient, se montra devant l’ouverture.

— Vous avez à me parler ? lança l’espion anglais.

Sans s’arrêter, le jeune homme répondit :

— Oui, mais je crains d’être vu entrant chez vous.

Sa marche l’emporta. Campbell dut attendre son retour, pour lui dire :

— Passez derrière la maison, je vous ferai entrer par la cour.

— Bien.

Vite, le commissaire des Alliés referma, traversa le logis de part en part, puis la cour où se dressait un puits à la poulie rouillée, et fit tourner sur ses gonds une porte vermoulue accédant à une ruelle obscure.

Une ombre se glissa par l’ouverture.

— Me voici, Milord.

— Bien. Suivez-moi.

Tous deux regagnèrent la pièce où le colonel se tenait tout à l’heure.

Alors l’Anglais s’assit, montra un siège au visiteur et prononça ces seuls mots :