Page:Ivoi - Les Cinquante.djvu/288

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Et comme Jacob redescendait vers la cour, voilà que, sur la dernière marche, il heurta un homme agenouillé, larmoyant ; geignant les bras étendus.

— Oh ! oui, vive l’Em-