Page:Ivoi - Les Cinquante.djvu/298

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


la France. C’était une marée humaine, menaçante et innombrable, qui montait avec un cliquetis d’acier pour submerger la vieille terre de Gaule.

Allemands, Autrichiens, Hongrois, Italiens, Cosaques, Russes, Finlandais, Suédois se ruaient à la curée du sol sacré, berceau de toutes les pensées nobles dont frissonna l’humanité.

C’était, une fois encore, la guerre imminente, atroce, sans merci, du monde levé en masse contre la religion nouvelle, la religion de Liberté.