Page:Ivoi - Les Cinquante.djvu/321

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Moi, et pourquoi ?

— Parce que l’on sait l’amitié de Napoléon pour vous, et l’on suppose que la nouvelle lui paraîtra d’autant plus agréable.

Sans défiance, Milhuitcent accepta l’explication. Clouet mit à sa disposition une chambre vacante de la maison.

Éreinté, mais heureux d’avoir bien employé sa journée, le jeune homme se jeta tout habillé sur son lit et s’endormit à son tour.

Sa loyauté était désormais captive de la trahison.