Page:Ivoi - Les Cinquante.djvu/38

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Té oui, sans remède.

Mais de Vitrolles l’interrompit.

— Plus de circonlocutions, il faut agir. M. de Rochegaule a apporté de Vienne une missive de M. de Talleyrand. Il brûle de repartir avec la réponse, que le « diable boiteux » [1] attend dans une inquiétude fébrile.

M. de Blacas eut un geste insouciant et avec un sourire :

— Partir avant les violons est le moyen de ne pas danser en mesure.

— Sans doute, sans doute ; mais le temps presse.

— Puis-je aller plus vite ? Hier, vous m’avez entretenu des souhaits de notre représentant à Vienne. Ce matin, je me suis concerté avec son messager. Tout à l’heure, je le présente au roi.

Le baron haussa les épaules et, baissant la voix :

— L’Autre avait parfois des mots heureux. En voici un : Quand on est arrivé au maximum de la vitesse que l’on peut donner ; il faut parvenir à le doubler. Ainsi on prévient l’adversaire et on le surprend.

Et comme son interlocuteur ne semblait pas persuadé, M. de Vitrolles insista :

— Jamais l’application de cette maxime n’aura été plus utile.

Puis, par réflexion :

— Permettez-moi de vous relire la dépêche de ce cher Talleyrand. Après quoi, j’en suis certain, vous partagerez mon avis.

— Faites comme il vous plaira, baron.

De Vitrolles ne se fit pas répéter l’invitation.

De sa poche il tira un papier, le déplia, et avec une sage lenteur, lut ce qui suit :

« Mon cher ami,

« Je vous adresse cette épître qui, en réalité, doit être communiquée à de Blacas. Mais ici, à Vienne, le Congrès des puissances européennes, auquel je représente la France, a fait jaillir de terre une armée d’espions, qui a des ramifications dans toutes les capitales.

« Forcé de cacher ce que j’écris au confident intime de Sa Majesté Louis, je vous charge de mettre ce papier sous ses yeux, avec toute la prudence désirable. Je passe au fait.

« Comme vous le savez, nous sommes en train de remanier la carte de l’Europe. Je dis nous, quoique je ne sois guère écouté. Autriche, Prusse, Russie, Angleterre, marchent la main dans la main. Elles se

  1. C’est ainsi qu’était, désigné Talleyrand. — Mémoires du temps.