Page:Ivoi - Les Cinquante.djvu/399

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Ils vont comme emportés sur l’aile noire du cauchemar.

Des sentiers ombragés, dont ils maudissent les méandres, les conduisent au dessous de la ferme de la Belle-Alliance, et tout à coup, trouant une barrière de buissons, tous trois, pantelants, la respiration sifflante, débouchent en pleine mêlée.