Page:James Guillaume - L'Internationale, III et IV.djvu/623

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


peuple seul que je dois ma justification, et le peuple sera avec nous : j’ai foi dans l’avenir. Vive la révolution sociale !


Il était midi. Le président annonça que la séance était levée, et que l’audience serait reprise à trois heures pour le prononcé du jugement.

Je copie le Bulletin pour le compte-rendu de la dernière audience :


À trois heures, une foule énorme se presse dans la salle. Les accusés ont grand peine à arriver jusqu’à leurs bancs, où s’asseoient, pêle-mêle avec eux, des dames qui n’ont pas trouvé de place ailleurs. Enfin, à quatre heures, les juges font leur apparition, une escouade de gendarmes se range en ligne sur un côté de la salle, et le président donne lecture de l’arrêt.

Le tribunal n’a pas voulu envisager le procès comme ayant un caractère politique : il ne s’agit, à ses yeux, que d’une simple rixe, aggravée par le fait qu’il y a eu résistance à la police.

Le système des catégories, proposé par le ministère public, a été admis par le tribunal, mais ces catégories ont été remaniées, de façon à gratifier la plupart des prévenus d’un emprisonnement plus long que celui qu’avait réclamé le ministère public.

Sont condamnés à soixante jours de prison : Lampert et Deiber ;

À quarante jours : Rinke, Ulysse Eberhardt, Adhémar Chopard. Alcide Dubois, Bræuschi, Camille Châtelain, Herter, Kachelhofer, James Guillaume, Fritz Huguenin, Lœtscher, Buache, Capt, Pittet, Henri Eberhardt, Tailland ;

À trente jours : Graber, Reber, Brousse, Werner, Voges ;

À dix jours : Simonin, Eggenschwyler, Paggi, Honegger, Gleyre, Zurbuchen, Chautems.

En outre, Rinke, Brousse, Werner, Deiber, Graber et Voges, étant étrangers à la Suisse, sont bannis pour trois ans du canton de Berne.

Tous les prévenus sont condamnés solidairement aux frais de la partie civile, fixés à 150 francs, et au paiement des frais du procès, dont le montant n’est pas encore connu. Les condamnés des deux premières catégories sont de plus solidairement responsables du paiement des dommages-intérêts suivants : 300 fr. au gendarme Lengacher, 50 fr. au gendarme Lerch. 50 fr. au gendarme Corbat, 10 fr. au gendarme Wenger, 30 fr. à Gurtner et 30 fr. à Kolb.

L’audience est levée. Les condamnés et le public se retirent paisiblement

Les condamnés ont dix jours pour se constituer prisonniers, avec faculté, si le gouvernement bernois y consent, d’obtenir un délai plus considérable.


Le numéro suivant du Bulletin compléta ce compte-rendu par ce post-scriptum :


Les frais du procès correctionnel, que nous n’avions pu indiquer dans notre dernier numéro, ont été liquidés à 753 fr. 40. Avec les frais de la partie civile et les indemnités aux quatre gendarmes et aux deux bourgeois, cela forme un total de 1373 fr. 40.

Que dites-vous de ce gouvernement paternel qui, dans un moment de crise comme celui-ci, n’imagine rien de mieux, pour prouver sa sympathie aux ouvriers de Berne et du Val de Saint-Imier, que d’en mettre un certain