Page:Jammes - Le Deuil des primevères, 1920.djvu/62

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Elles ont fait un geste dans la brise,
un geste que je n’ai pas compris, triste.

Qui étais-je donc ? Elles m’ont trouvé
à l’entrée de la forêt fraîche.

Elles m’ont dit : Vous êtes le poète
auquel rêvent nos cœurs en fleurs qui pleurent.

La Muse était auprès de moi
et tenait des colombes de tombe.

Et ses ailes démesurées
battaient dans les emparées azurés.

Des grappes de lilas, lentement, tombèrent
du ciel avec mystère sur la terre.


Novembre 1898.