Page:Jammes - Le Deuil des primevères, 1920.djvu/79

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


ÉLÉGIE TREIZIÈME


Lorsque l’on jouera de l’orgue pour nous seuls
dans l’église,
elle aura des gouttes d’azur sous les cils,
des larmes de bienheureuse.

Mais où est celle qui est assez pure
pour mon âme qui est une cloche
d’église paysanne enfouie sous des aristoloches ?
Fiancée, où es-tu ?