Page:Jammes - Le Deuil des primevères, 1920.djvu/91

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.


ÉLÉGIE DIX-SEPTIÈME


À Madame Eugène Rouart.


Il a plu. La terre fraîche est contente. Tout luit.
Une goutte d’eau pèse et pend à chaque rose,
mais il va faire chaud, et, cet après-midi,
le soleil bourdonnant fendra la terre rousse.
Le ciel brumeux se troue de bleus comme de l’eau
d’où des raies en travers tombent sur le coteau.
La taupe lisse, aux ongles forts, a rebouché
ses gîtes racineux qui pèlent la pelouse.