Page:Janin - Les catacombes, tome 2.djvu/13

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
6
LA SŒUR ROSE

vraiment une course au clocher pour laquelle on n’a jamais assez de bras, assez de jambes, assez de souffle ; à mesure que vous montez l’ombre s’épaissit autour de vous ; mais cependant, tout à vos pieds, vous découvrez comme un océan nébuleux dont les vagues montent jusqu’à vous ; si bien que, grâce à ce mirage fantastique, toute retraite devient impossible, et qu’il vous faut grimper, grimper encore, grimper toujours. — Et voilà justement le chemin que j’avais pris cette nuit-là pour me promener dans le parc de Saint-Cloud.

Mais, par ce sentier difficile, si vous saviez que j’avais une belle escorte ! Je voyais s’élever devant moi, comme Jacob à son échelle, une blanche myriade de beaux anges, tous les anges profanes qui, dans nos beaux jours, avaient ainsi escaladé avec nous la montagne, le nez au vent, les cheveux épars, le sein haletant, la lèvre entr’ouverte. — Nous étions jeunes alors, elles et nous. — Elles poussaient de petits cris joyeux dans les airs ; elles allaient à la con-