Page:Janin - Les catacombes, tome 2.djvu/38

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
31
ET LA SŒUR GRISE.

ici-bas ou là-haut, surtout à prier son père. Dans ce relâchement général de tous les pouvoirs, Léonore avait très-bien compris que l’autorité paternelle ne tenait qu’à un fil, non plus que l’autorité royale. Elle sentait dans sa propre conscience que l’édifice social était miné et qu’il allait tomber en ruines, et elle était sûre qu’au milieu de ces ruines elle saurait trouver une fente assez large pour s’échapper et pour être libre. Elle déclara donc à son père qu’elle prendrait le voile ; et en effet elle prit le voile le jour même où sa sœur Louise se maria.

Toute sa vie Louise avait eu peur de sa sœur. L’ironie de Léonore flétrissait toutes choses autour d’elle, et jamais Louise n’avait compris qu’on pût rire ainsi à tout propos des croyances, des affections, des devoirs ; Louise était comme une pauvre fille échappée de Saint-Cyr, à la chaste tutelle de Mme de Maintenon, et qui se serait trouvée jetée tout d’un coup dans les orgies de la Régence. Son père,