Page:Janin - Les catacombes, tome 2.djvu/71

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
64
LA SŒUR ROSE

le cachot et sur cette paille en désordre, elle referma cette porte de fer, et contre cette porte fermée elle tira un épais rideau de soie. — C’en était fait Louise était la recluse, Léonore était lâchée ! Après quoi elle jeta un coup d’œil sur ces trumeaux brillants, et elle sourit avec transport à sa propre beauté, dont elle avait été longtemps privée. Elle plongea ses mains et son visage dans une eau limpide préparée pour les convives ; elle se para de son mieux des chastes habits de sa sœur, s’efforçant de les rendre immodestes ; puis, quand elle fut ainsi armée de toutes pièces, elle entendit que le marquis de Cintrey portait ironiquement la santé de sa femme ; et, ouvrant brusquement la porte de la salle à manger, elle s’écria :

— Me voici !

Tu juges de l’étonnement de ces hommes et de ces femmes, plongés dans l’ivresse, à l’apparition subite de cette chaste et honnête Louise qui venait au milieu d’eux à demi