Page:Janin - Les catacombes, tome 2.djvu/88

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
81
ET LA SŒUR GRISE.

nore était portée en triomphe comme une sainte ; elle était proclamée martyre, et elle bénissait le peuple. Je crois même qu’elle eut le courage de donner sa bénédiction à sa sœur qui allait à l’échafaud.

Voilà toute mon histoire. Es-tu content ?

Quand je vis que le diable n’avait plus rien à me dire et que ma curiosité devait être satisfaite, je me sentis beaucoup plus à l’aise avec le diable. — À vous dire vrai, seigneur diable, lui répondis-je, vous vous êtes donné bien de la peine pour faire de votre histoire une chose pleine d’intérêt et de pitié, et vous avez manqué votre but ; si quelqu’un fait pitié dans tout ceci, c’est vous. Comment ! la plus terrible révolution qui ait changé la face du monde tombe sur la France, et cependant vous ne savez rien de mieux que de vous amuser à perdre une pauvre vertueuse au profit d’une horrible criminelle ! Il fallait que vous fussiez bien oisif ! Comment donc ! il se coupe des têtes par centaines : vous vous dites à vous-