Page:Janin - Les catacombes, tome 2.djvu/89

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
82
LA SŒUR ROSE

même comme Pilate : — Je m’en lave les mains, mot affreux, parole égoïste avec laquelle se sont accomplis tous les crimes ; et vous, cependant, vous n’êtes occupé qu’à opérer un tour de passe-passe tout au plus digne d’un escamoteur en plein vent ! Je vous assure que je vous trouve à présent un être bien peu dangereux.

— Et vous avez raison, mon maître, repartit le diable, d’autant plus raison que même, dans cette méchanceté subalterne que je m’étais permise, j’ai été battu par ces bonnets rouges. Eux aussi, en apprenant l’histoire de la marquise de Cintrey, ils auront été jaloux de moi. Pour en finir tout d’un coup avec mes prétentions diaboliques, figurez-vous qu’ils ont coupé la tête à la sœur du Roi, Madame Élisabeth !

Ce jour-là je m’avouai tout à fait vaincu ; je reconnus que je n’étais plus le diable, et que toute ma puissance malfaisante était à jamais dépassée; je me fis pitié à moi-même