Page:Janin - Les catacombes, tome 4.djvu/45

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
40
le livre

tes, de molles élégies, des poésies parlantes ; on y trouvait tout écrits à l’avance, et cependant écrits tout exprès, dans leur calice embaumé, les seuls billets doux qu’une femme accepte toujours, même en présence de son mari. Au besoin, vous auriez trouvé chez Mme Prevost la langue universelle tant cherchée par les philosophes. Ainsi donc, elle régnait sur toutes les ambitions de la jeunesse, l’aimable femme ; elle tenait dans sa main légère et toujours ouverte le perpétuel secret de tous les soupirs, de tous les amours ; toute cachée qu’elle était pour le vulgaire, elle était la femme la plus populaire de Paris dans ce monde à part de la beauté et de la jeunesse. Ouvrez vos portes splendides au riche qui passe, vous tous qui vendez les diamants, les bijoux, les perles, les tissus précieux, vous les vulgaires serviteurs des riches amours ; mais vous autres, les heureux de ce monde, les amoureux qui ne pouvez donner qu’une fleur, vous les élégantes et les belles qui ne pouvez recevoir qu’une fleur, en-