Page:Janin - Les catacombes, tome 4.djvu/69

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
64
le livre

gissant qu’on eût dit qu’il entrait chez la dame de ses pensées.

— Madame, dit-il tout bas et tout ému, seriez-vous assez bonne pour envoyer quelques fleurs, sans dire de qui elles viennent, à madame de Melcy ?

Disant ces mots, il tendait à Mme Prevost un louis d’or.

Mme Prevost, très-peu étonnée de ce troisième arrivé, lui rendit 17 fr. sur sa pièce d’or ; puis, quand il fut sorti :

— Çà, dit-elle, je veux faire quelque chose pour celui-là. Il est jeune, il est beau, il est timide, il est modeste, il ne veut pas qu’on sache que c’est lui qui envoie ces fleurs : je le protége.

Parlant ainsi, elle prenait presqu’au hasard dans sa corbeille quelques fleurs des champs très-simples, douces couleurs, douces odeurs, et elle composait un bouquet qu’on eût dit cueilli dans la prairie au mois de juin. Par un caprice soudain, elle plaça au beau milieu