Page:Jarry - Albert Samain, 1907.djvu/37

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


images où s’estompent le geste, le bruit et ce qui eût donné certaines répulsions nerveuses :


Soudain le bouc lascif se dresse, et titubant,
Sur la chèvre efflanquée à l’échine rugueuse
Satisfait au soleil sa luxure fougueuse.
Et Mnasyle, l’éphèbe en fleur de Scyoné,
Aussi beau qu’une vierge et d’iris couronné,
De ses longs yeux d’or noir le regarde étonné ;
Et pris de langueur vague en l’exil de la grève
Laisse flotter sa main sur sa chair nue, et rêve…

Aux Flancs du Vase, Mnasyle.


Pendant que le canard, discordant prisonnier,
Crie et passe un bec jaune aux treilles du panier.

Ibid., le Marché.


Et Chloris dont la main lentement se hasarde
A pitié de sentir, affolé par la peur.
Si fort entre ses doigts battre le petit cœur.

Ibid., la Grenouille.


Logiquement la recherche de l’extrême lointain, dans les mondes exotiques ou abolis, mène à l’absolu. Tel est l’esprit du Sphinx, un des pre-