Page:Jarry - Albert Samain, 1907.djvu/36

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
26
ALBERT SAMAIN

vers la pénombre des temps, autant de termes qui ne peuvent s’exclure :


Grand air, urbanité des façons anciennes,
Haut cérémonial, révérences sans fin.
Créqui, Fronsac, beaux noms chatoyants de satin,
Mains ducales dans les vieilles valenciennes.

Le Chariot d’or.


La lune doucement se lève sur Cythère,
Et sur les robes parfumées,
Et sur les mains des Bien-Aimées
Flotte, au long des molles ramées,
L’âme amoureuse de Watteau.


Aux Flancs du Vase use ingénieusement de l’artifice d’un passé très antique et de cet autre tamisage de lumière, que les scènes les plus brutales se feignent empruntées à des bas-reliefs courbes, fuyants, déteints et unicolores. Déférence pour les sens délicats que seule peut donner la distance (major e longinquo…) et que l’auteur de l’Iliade n’avait point encore à sa disposition en décrivant le bouclier d’Achille : ce sont des