Page:Jaurès - Histoire socialiste, IV.djvu/101

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

même voie, et il avait dès ce moment le dessein de le seconder en demandant que Pache fût écarté du ministère de la Guerre. Il renouvelait dans le procès du roi son crédit révolutionnaire pour pouvoir manier plus sûrement les affaires extérieures où tout l’avenir de la Révolution était engagé.

« Quelle peine Louis, ci-devant roi des Français, a-t-il encourue ? »

L’appel nominal commencé le mercredi, 16 janvier, à six heures du soir, continua sans interruption jusqu’au jeudi soir, 17 janvier, à sept heures.

Jean Mailhe
(D’après une estampe du Musée Carnavalet.)


« C’était, dit le Journal de Brissot qui, certes, n’eût pas manqué pourtant de dénoncer les désordres de l’« anarchisme », c’était le spectacle le plus imposant dont jamais les hommes aient été témoins, que de voir plus de sept cents citoyens choisis par vingt-cinq millions de leurs semblables pour exercer leurs pouvoirs, monter, tour à tour, à la tribune, et exprimer leur opinion sur le sort d’un homme qui réglait, il y a peu de temps, les destinées d’une grande nation. Le patriotisme et la probité du très grand nombre, les lumières de la plupart, les talents de plusieurs ajoutaient un nouvel intérêt à l’importance de la délibération. Oh ! que la nation entière ne pouvait-elle entendre ses re-