Page:Jaurès - Histoire socialiste, IV.djvu/57

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

Vergniaud, désire la mort de Louis XVI ? Il veut que la Convention prononce la peine : personnellement il votera la mort. La Convention doit, dans sa pensée, voter la mort, et comme la sentence rendue par elle servira très probablement de lumière et de règle aux assemblées primaires, le peuple suivra la Convention dans la sentence de mort ouverte par celle-ci. On dirait donc que Buzot recourt à l’appel au peuple, non pour diminuer les chances de mort de Louis XVI, mais pour donner au jugement de mort plus de poids et de majesté.

Fin tragique de Louis XVI, exécuté le 21 janvier 1793 sur la Place Louis XV dite Place de la Révolution.
(Dessiné d’après nature par Floris)
(D’après une estampe du Musée Carnavalet.)


Et pourtant, lui-même, dans le même discours, parle de telle sorte des raisons qu’aura peut-être le peuple d’épargner la vie de Louis XVI qu’il est difficile de ne pas voir dans ses paroles une suggestion de clémence :

« Je suis loin de regarder les clameurs d’une portion des habitants d’une ville comme l’expression du vœu national ; je ne puis reconnaître celui-ci que par la majorité de la nation même. Les affections se modifient avec les localités.